· 

Henri Bardouin

HENRI BARDOUIN, PASTIS GRAND CRU

 

Le secret de son goût inimitable : la profonde harmonie de plus de 65 plantes et épices cueillies, macérées, distillées, assemblées.

Certaines viennent d’au-delà des mers et des océans : anis étoilé de Chine, racine de réglisse de Syrie, fève de Tonka, mais aussi gingembre, cardamome, cannelle...

 

Mais, surtout, nombreuses sont les plantes à être récoltées, autour de Forcalquier, là même où le Pastis a vu le jour : thym, romarin, sarriette, sauge...

 

http://www.pastishenribardouin.com/

 

 

DÉGUSTER LE PASTIS GRAND CRU HENRI BARDOUIN

1 volume de Pastis Henri Bardouin pour au moins 6 volumes d’eau suffisent pour révéler la finesse et la richesse de ce pastis

de dégustation.

le Pastis Grand Cru Henri Bardouin  accompagne parfaitement tous les mets typiques de l’apéritif provençal (anchoïade, tapenade, …), ainsi que des mets à base de poissons.

 

NOTES DE DÉGUSTATION

OEIL : la robe est dorée teintée de nuances brunes et vertes, dues aux infusions de réglisse et d’armoise.

NEZ : l’anisé immédiatement reconnaissable cède ensuite la place à des notes épicées, la cardamome notamment.

BOUCHE : l’attaque est ample et fraîche, on retrouve l’arôme des plantes jusqu’à la finale, structurée, riche, longue et persistante.

 

 

 

LE MOMENT DE L’APÉRITIF

Décrypté par jean-pierre corbeau,

 

L’apéritif, une tradition ancrée dans les habitudes françaises ?

On peut le croire, quand on sait que 47 % des français prennent l’apéritif au moins une fois par semaine. Mais d’où vient ce rituel, considéré par certains, les étrangers notamment, comme emblématique d’un savoir-vivre très frenchy ?

Jean-pierre corbeau, sociologue de l’alimentation, rappelle

Qu’au-delà d’être un moment de plaisir et de détente, l’apéritif  cultive une portée sociale, économique et historique.

 

Le mot apéritif vient du latin aperire qui signifie "ouvrir". Dès l’Antiquité, il existait donc des boissons apéritives, qui ouvraient tout à la fois le repas et l’appétit. Elles intégraient en effet une dimension médicinale, du fait des nombreuses plantes entrant dans leur composition.

 

L’apéritif est rapidement devenu dans l’histoire synonyme de convivialité, mais aussi de "sociabilisation". À travers lui, on construit un réseau de sociabilité.

 

Depuis sept à huit ans, l’offre végétale est de plus en plus prisée par les consommateurs, et principalement les consommatrices. Les plantes amènent du goût mais pas seulement : elles ont une image bénéfique, quasi médicinale, renouant avec le principe des premiers apéritifs. Un pastis à base de plantes, fabriqué artisanalement, est aussi forcément bon pour la planète.

http://www.pastishenribardouin.com/